Menu icoMenu232White icoCross32White
<
>

HISTORIQUE

 

Avant 1877,  le sport à l’Aviron se pratiquait d’une façon officielle à Villeneuve, une fois par an. Cette manifestation consistait en une course de « Gabarrots » qui avait lieu chaque année le 15 août.

Un groupe de sportsmen composé de Gabriel Ménoire, Armand Labrugière, André Couderc, Auguste Marc, Paul Malateste jetèrent les bases d’une société nautique et nommèrent G. Ménoire leur président.

 

La fête des marins de 1880 approchait. C’était une excellente occasion de faire quelque chose. Ils firent appel à la Société Nautique Bordelaise qui existait depuis quelques années et qui promit d’envoyer sa meilleure équipe. Mais qui opposer à ces as de l’époque ? Et avec quoi ? Pas de rameurs, pas de bateau.

 

Dans les greniers de la maison Balade, place Lafayette, Auguste Marc (bijoutier) que l’on peut surnommer le « Père de l’Aviron à Villeneuve » se mit à l’ouvrage. Il mit en chantier un bateau en bois du Nord, à quatre rameurs avec barreur, d’un poids de 500 à 600 kg, ressemblant vaguement aux embarcations des tireurs de sable plutôt qu’à une embarcation de course.

Mais à l’heure du lancement, on se rendit compte que pour descendre du troisième étage d’un grenier, une embarcation de 10 mètres et d’un poids aussi excessif, il n’y avait que le concours d’un charpentier pour trouver une solution à ce problème. Et, un après-midi, les badauds aperçurent, émergeant d’un coin du toit, découvert pour l’occasion, et descendant lentement vers le Lot, l’embarcation qui allait défendre les couleurs de la ville.

Les premiers tireurs eurent pour nom : Marc, Malateste, X et le barreur Rousseau qui ne s’entraînèrent que l’avant-veille de la course en parcourant les 3000 mètres en 38 mn 47 sec 3/5 !

 

L’heure décisive arriva et le cœur des villeneuvois battait très fort. Au quatrième coup d’aviron, la SNB avait plus de 60 mètres d’avance sur le « Cydnus ». Un heureux hasard vint sauver l’honneur des villeneuvois. L’aviron du trois s’étant cassé, une embardée se produisit et deux équipiers furent balayés de la baleinière villeneuvoise. La tenue et la sportivité du bateau Bordelais avait impressionné villeneuvois et villeneuvoises et le lendemain la société enregistra un nombre important d’inscriptions.

 

« La Société Nautique de Villeneuve sur Lot » était née. Un as de promenade « Suzette » acheté par Paul Malateste fut le premier sur le Lot. Puis une yole à quatre rameurs en acajou, « l’Aventurière » premier bateau du genre nous fut donnée par la Société Nautique de la Marne.

C’est en 1896-97  que l’équipe Gaston Malateste, Etienne Popie, Eugène Grahaud, Louis Prunes, barreur A. Marc remporte en quatre et en deux le premier titre du Sud Ouest pour la Société qui a pris le nom de « Aviron Villeneuvois ».

 

Jusqu’en 1914, le club enregistre de nombreux succès et l’on trouve déjà des noms comme Marc, Richard, Rabanel, Delsuc, Dastor, Roux, Sauzet, Dubourg etc… qui, encore actuellement, assurent par leur présence la continuité du club. L’Aviron paye un large tribut à la grande guerre. Nombre de ses membres tombèrent au champ d’honneur.

 

En 1918, les portes s’ouvrent à nouveau et en 1920 est acheté le garage Boulevard du 14 juillet (emplacement actuel du Stadium). Le 8 janvier 1922 voit la première victoire nationale en coupe Glandaz d’un bateau villeneuvois. L’Aviron organise les Championnats de France l’année suivante. Puis la longue série de succès se poursuit avec les deux titres de Champion de France en 1932 et 1933 avec Desvergnes, Marchal, Rabanel, Micaella, barreur Roux puis Bord remplaçant Marchal et Joie remplaçant Roux.

Le docteur Vinson ferme les portes une deuxième fois et il faudra attendre la fin des hostilités pour que s’amorce la plus belle des reprises. C’est encore les Vinson, Queyreur, Bord, Bergougnoux, Russac, Mur, Landié, Delvert, Berthoumieux, Pradère, etc…qui vont porter loin et avec brio le fanion « vert et blanc » avec des jeunes garçons comme Mariol, Cambos, Rives, Lacombe, Bach, Amblard, Berthoumieux, Bayle, Constans, Ducos, Barland, Robeillo, Benech, Purey, Anglade, Lagrèze, Bouchillou etc…

 

Le garage, malheureusement, ne répond plus aux normes modernes de la pratique de l’aviron et malgré Chavagnac, peu de jeunes tirent sur le bout de bois. Il y a bien Cousin, Nogaro, Loubiat, Gonod, Sauzet, qui décrochent un titre du Sud Ouest en 1955 avec Fabbro à la barre. Puis aidés de Restat, Gruelles, Colliard, Lapié, Bertot, Darrouman, une finale en huit au Championnat de France en 1956. Mais cela est peu : Stefanello, Leorza, Lenquette, Cousin, apportent encore quelques pierres à l’édifice.

Ray Delvert, plus décidé que jamais, sort une fois de plus le projet d’un centre nautique que la municipalité décide de construire en 1963. Terminé en 1964, il faut un entraîneur qui soit capable et surtout libre car les bénévoles malgré leur qualités, se font rares. Cet homme, « papa Latour », grâce à ses compétences remplira le garage et dès 1965, les victoires et les titres s’amoncellent. En 1967 on « flirte » avec deux titres de Champion de France et vingt sept victoires en régate.

 

Et puis la liste des succès s’allonge : 1968, Martimort, Clavaud, Garcia, Peirinaud, vice champion Juniors. 1969, premier club minimes français. 1970, 1975,  1977,  enfin le premier titre national depuis la guerre. 1978, 1979, 1980, 1981 : rien que des succès avec des athlètes qui ont porté haut et loin les couleurs de notre club.

N’oublions pas non plus nos internationaux, JP Huguet Balent, barreur de l’équipe de France aux Jeux Olympiques de Montréal, Moscou et à plusieurs Championnats du Monde. P Garcia, membre de l’équipe de France junior (capitaine de cette «équipe) puis sénior  a participé à divers Championnats du Monde, gagne la coupe d’Europe en 1981, à Essen. Et puis J Queyreur qui fut arbitre internationale aux Jeux Olympiques de Tokyo. Et puis nos arbitres actuels Chavagnac (notre président), Anglade, Amblard, Lagrèze, Bach.

 

Et puis B Delsuc, à qui l’on doit depuis 1971, la longue suite de succès aidé par ses compères Huguet, J Garcia, Amella, Issandou et C Soia, grand responsable des succès enregistrés par nos minimes.

Le renouveau de l’Aviron Villeneuvois se poursuit toujours sous la présidence de Roger Chavagnac, assisté des techniciens hors pairs tels que B Delsuc qui depuis 1971 emmène ses poulains aux Championnats de France, avec à la clé quelques titres tricolores.

Dès le 30.08.83, Bernard Delsuc prend le capitanat des entraînements aidé dans cette difficile tâche  par JP Huguet Balent, Claude Soia, Pascal Garcia, JP Duhau, André Latour mais quittant l’Aviron Villeneuvois suite à des mésententes avec les rameurs et les dirigeants en place.

Ensuite, Alain Stefanello, excellent dirigeant et ancien rameur, est élu président de l’Aviron Villeneuvois succédant le 22.11.83 à Roger Chavagnac. Alors pendant une dizaine d’année vont se succéder aux termes de chaque saison, des victoires régionales et nationales. Les inscriptions se font de plus en plus nombreuses et les licences établies comptent de nombreuses féminines. Le club doyen s’étoffe, les succès se multiplient et le blason vert et blanc se redore. Les titres de Champion d’Aquitaine abondent et le podium suprême des Championnats de France est foulé à plusieurs reprises par les rameurs locaux. L’année 1986 voit le triomphe des villeneuvois : Champion de France en quatre barré minimes, Champion de France en 2 barré juniors, Vice-champion de France en 2 de couple juniors, Vice-champion de France en 2 sans barreur cadets.

En 1987, le quatre barré minimes décroche la médaille d’argent aux Championnats de France. Il ne faut pas oublier le titre de Champion de France en skiff poids léger de Gérard Cousin. La salle de musculation est inaugurée au cœur du centre nautique le 6.02.93 et va permettre de peaufiner les formes des futurs émulateurs. L’aviron de loisirs prend une réelle extension et tous les dimanches matin de nombreux amateurs viennent ramer pour oublier les soucis d’une semaine de travail et bien sur dans une ambiance bon enfant.

 

Grâce aux subventions de la mairie de Villeneuve sur Lot, du Conseil Général, de la Direction Départementale de la jeunesse et des sports, du Comité Départemental d’Aviron, l’Aviron Villeneuvois tant en effectifs qu’en matériel s’inscrit dans un groupe des meilleures sociétés d’aviron de la région.

 

Bernard Delsuc, jugé nettement capable par ses pairs, est élu président de l’Aviron Villeneuvois. Administrateur confirmé, technicien de haut niveau, B Delsuc va mener de main de maître tous les rouages et il le prouve chaque jour qui passe. Entouré des membres d’un Comité de Direction fort compétents, d’une équipe de cadres techniques à la pointe du progrès et de récentes méthodes d’entraînement, B Delsuc va ainsi donner des ailes à son propre club mais aussi au Comité Départemental et à la Ligue d’Aquitaine d’Aviron.

 

A ce jour, le club doyen de la ville compte plus de 153 licenciés qui viendront sûrement en augmentation grâce à ce type d’opérations, dotation de matériel d’initiation et découverte.